Les bavardages Mathématiques

Témoignage de deux enseignantes qui ont testé

http://conservatoire.etab.ac-lille.fr/files/2020/09/1.png

Priscille DUFAY

http://conservatoire.etab.ac-lille.fr/files/2020/09/2.png

Christelle CUVELIER

Enseignantes en CE1 dédoublé à l’école Pergaud de Noeux les Mines

http://conservatoire.etab.ac-lille.fr/files/2021/01/Paroles-denseignants.png

En quoi ça consiste ?

Les bavardages mathématiques sont des courtes conversations mathématiques de 5 à 15 minutes traitant de calculs mentaux formulés par l’enseignant.

Ces conversations entre l’enseignant et les élèves encouragent l’explicitation et les interactions.

Pourquoi vous êtes-vous lancées dans les bavardages mathématiques ?

 « Nous avions l’habitude de consacrer du temps en classe à l’explicitation des procédures par les élèves. En regardant la vidéo, nous avons eu envie de tester et de voir si nos élèves étaient prêts à expliquer et à parler de leurs stratégies sans un support écrit.

Nous étions également intriguées par les geste mis en place. Le climat de classe installé semblait propice à la recherche de chacun.

Ensuite, la séance est très courte et pouvait facilement s’intégrer à notre emploi du temps. »

Qu’est-ce qui a été facilitant pour vous ?

« Les élèves étaient déjà habitués à représenter par écrit sur l’ardoise leur raisonnement et venaient ensuite au tableau pour expliquer au reste du groupe.

Nous avions créé des habitudes en classe pour favoriser les interactions. « Pourquoi ? Comment as-tu fait ? Qu’en pensez-vous ? » Autant de questions qui permettent de solliciter les élèves, dans tous les domaines, et les amènent à justifier et à argumenter leurs réponses.

Dire aux élèves « On va apprendre à calculer plus vite » permet de les motiver. Quand on parle de stratégies, ils sont plus réceptifs.

Les gestes s’installent rapidement et permettent à chacun de réfléchir sans être perturbé par l’agitation d’un camarade impatient de donner sa réponse. »

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

« Lorsque cette activité se déroule uniquement à l’oral, il nous est difficile d’apprécier le niveau d’engagement réel des élèves.

Le fait de ne pas voir, ne nous permet pas de rebondir sur ce qui est plus intéressant ou sur les difficultés.

S’agissant de calcul mental dont l’objectif est de parvenir à donner une réponse rapide, il est nécessaire de définir au préalable les représentations qui sont effectivement des procédures acceptables (Il faut expliquer aux élèves par exemple qu’ils n’ont pas le droit de poser l’opérations). »

Quels conseils conseils donneriez-vous aux collègues qui veulent se lancer ?

« Au départ, il est parfois difficile de laisser l’élève et de ne pas réagir en cas d’erreur. Il est essentiel de le laisser poursuivre et ensuite de solliciter le groupe.

Il faut accepter les erreurs pour pouvoir justement lever les obstacles avec les élèves.

On peut aussi se demander si on va parvenir à représenter fidèlement le raisonnement de l’élève sans l’interpréter. Pour se rassurer, il faut anticiper les propositions. Quand on observe les élèves en classe, on a déjà une idée de leurs démarches. Par conséquent, travailler à l’écrit dans un premier temps, connaitre les élèves, permet ensuite de mener une séance de bavardage à l’oral. »

Quelles sont selon vous les « clés de la réussite » ?

  • Instaurer un climat de classe où chacun s’écoute avec bienveillance.
  • Anticiper les différentes propositions possibles.
  • Préparer une petite introduction en expliquant le règlement pour les bavardages.
  • Faire parler les élèves plus fragiles en premier pour évoluer vers les procédures expertes.
  • Reformuler ce que l’élève a dit pour modéliser et familiariser les élèves au langage mathématiques.